• La citation du jour

    Ayant goûté très petite l'amertume de l'existence , j'ai eu tout loisir de comprendre les peines des autres qui , le plus souvent , s'apparentent aux miennes. Je sais que l'amour le véritable amour, peut faire des miracles ... Marie Ange Elyzabeth Césaire .

    88888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

    Où est la vérité ?

    Un échantillon des affirmations mensongères de l’UMP.

    L’affirmation mensongère et l’utilisation effrontée de contre-vérité sont devenues une technique de campagne de la majorité sortante, de ses représentants et de Nicolas Sarkozy. En voici un échantillon en noir et nos réponses en rouge :

    Français établis hors de France : toutes les vérités sont bonnes à dire….

    • Grâce au Président Nicolas Sarkozy, nous serons représentés pour la 1ère fois dans la Constitution par 11 députés élus au Suffrage Universel Direct. L’opposition actuelle-PS- n’avait  pas souhaité joindre ses voix à ce projet.


    Il faut enfin rappeler que l'idée d'élire des députés des Français de l'étranger est née au PS (proposée par Mitterrand en 1981, puis par Jospin en 2002). Ce n'est qu'en 2007 que Sarkozy a repris l'idée. Chirac n'en avait pas voulu en 2002 et tous les Sénateurs UMP (RPR ou UDF) des Français de l'étranger étaient farouchement contre dans les débats du CSFE au début des années 2000.

     • Grâce au Président Sarkozy, les 2,5 millions Français d’expatriés sont aujourd’hui représentés par un Secrétaire d’Etat.

    L’opposition actuelle-PS- s’est étonnée de cette création!
    le parti socialiste a dénoncé "l'anomalie" d'un secrétariat d'Etat "entièrement destiné à organiser, aux frais du contribuable, la campagne législative de l'UMP dans les onze circonscriptions nouvellement créées hors du territoire Français". Et de demander dans un communiqué "l'intégration de tous les frais de déplacements" liés à ce secrétariat d'Etat aux comptes de campagne des candidats UMP.

     • Le débat sur la binationalité est infondé : « Je vous le dis avec force : les Français qui ont une autre nationalité restent Français et appartiennent pleinement à la communauté nationale. Il n’y a pas à y revenir. » Nicolas Sarkozy


    Le conseiller spécial du président Henri Guaino a estimé aujourd'hui  que la question de la double nationalité, dont Marine Le Pen a demandé aux députés l'abrogation, "mérite d'être débattue" même si le moment n'était pas "forcément le meilleur" pour le faire. "Je trouve que c'est une idée qui mérite d'être débattue (...) indépendamment de la position que peut prendre le Front national de Marine Le Pen, il n'est pas illégitime de discuter de cette question et de savoir comment il est possible d'avoir une double fidélité, une double appartenance, une double série de droits et de devoirs", a dit M. Guaino sur Europe 1.
    La Droite populaire, section dure de l'UMP, s'est empressée de préciser qu'elle avait déjà demandé en 2010 qu'il soit interdit à tout citoyen français de posséder une autre nationalité.
    Le député-maire Claude Goasguen a tranché : il propose « une nationalité et demie ». Dans une interview à La Croix, le rapporteur de la mission d'information sur la nationalité suggérait en mai dernier :
    « Cela veut dire qu'on demanderait aux gens de choisir entre deux nationalités. Ou bien qu'on aille vers une limitation des droits politiques.
    Car il est tout de même gênant qu'une personne puisse voter en France et dans un autre Etat. »

     • Grâce au Président Nicolas Sarkozy,  pour notre sécurité, un Centre de crise a été créé au sein du ministère des affaires étrangères et européennes, véritable pilotage stratégique de la gestion de crise à l’étranger.


    Etonnant il existait depuis longtemps les Libanais le savent, ils l’ont testé en 2006.

     • Grâce au Président Sarkozy, l’accès de nos enfants à l’éducation s’est renforcé :le Gouvernement a augmenté l’effort de la nation en faveur du réseau scolaire à l’étranger en doublant l’aide à la scolarité : 7700 lycéens  bénéficient d’une prise en charge des frais de scolarité. Les crédits pour les bourses ont presque doublé en 5 ans passant de 50 millions d’euros en 2007 à plus de 90 millions d’euros en 2012 !!!
     Le nombre de ces bourses augmente fortement. Aucun Etat au monde ne consent un effort aussi important pour l’éducation de ses enfants vivant à l’étranger !


    HOLLANDE :Je créerai en cinq ans 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation. Ils couvriront tous les métiers. Je mettrai en place un prérecrutement des enseignants avant la fin de leurs études. Pour tous, je rétablirai une formation initiale digne de ce nom
    SARKOZY : 19 000 recrutements prévision des recrutements pour l’ensemble du ministère de l’éducation nationale pour 2012
    14 000 emplois non renouvelés, c’est 14 milliards d’euros d’économies pour l’État sur les 40 ans de carrière
    Donc création de 5 000 postes
    Le budget consacré à l’éducation nationale progresse de + 0,9 %

     • Grâce au Président Sarkozy, l’Etat s’est lancé dans un ambitieux programme de rénovation ou de construction de bâtiments d’enseignements à l’étranger.
     • Grâce au Président Sarkozy, une haute qualité de service consulaire au service des Français de l’étranger est maintenue grâce à une vaste entreprise de modernisation et de réforme pour que nous bénéficiions d’un service de plus en plus performant et efficace.


    Le nombre de Français établis à l’étranger a augmenté régulièrement ces dix dernières années. Ils sont maintenant
    2,5 millions, dont un peu plus de 1,5 million officiellement enregistrés dans les consulats.
    La réduction drastique des moyens humains dans les postes consulaires accroît la charge de travail des personnels. Les consulats fonctionnent désormais à flux tendus et leur gestion au quotidien est un véritable défi. Les usagers sont soumis à des délais d’attente de plus en plus longs. Il est temps de mettre un terme à cette casse du service public consulaire.


     • La circulaire Guéant de mai 2011 a été remplacée par une circulaire plus juste et équilibrée : Afin de dissiper tout malentendu, les ministres ont donc décidé d‘adresser aux préfets dès janvier 2012, une circulaire complémentaire, donnant les orientations applicables à la situation spécifique des diplômés étrangers hautement qualifiés, de niveau au moins égal au master 2, qui souhaitent acquérir en France une première expérience professionnelle, conformément à la loi en vigueur.


    Les étudiants étrangers réunis dans le Collectif du 31 mai continuent de réclamer le retrait de la circulaire Guéant, car son assouplissement annoncé mercredi 4 janvier est fondé sur des critères "qui laissent la place à l'arbitraire", ont-ils annoncé lors d'une conférence de presse.
    "Les principaux concernés n'ont pas été représentés à la réunion et nous le regrettons. L'enjeu crucial du nouveau texte concerne les critères d'appréciation, et on demande des critères clairs qui ne laissent pas place à l'arbitraire", a déclaréFatma Chouaïeb, porte-parole du Collectif. "En outre, quel va être le devenir des victimes de la circulaire ? Nous avons recensé plus de 1 000 cas, les dégâts créés sont bien trop importants. Donc on demande encore le retrait de la circulaire, le retour à la situation d'avant le 31 mai", a-t-elle ajouté.
     Cette circulaire complémentaire invitera les préfets à faire en sorte que la nécessaire maîtrise de l’immigration professionnelle ne se fasse pas au détriment de l’attractivité du système d’enseignement supérieur, ni des besoins de certaines de nos entreprises en compétences spécifiques de haut niveau.
    Dans un communiqué, la première organisation étudiante, l'UNEF, a elle aussi"demandé l'abrogation de la circulaire Guéant", car le nouveau texte revient à"beaucoup de bruit pour des évolutions mineures". "Ces évolutions ne sont pas satisfaisantes, c'est au final encore une fois la logique du cas par cas qui prime sur l'établissement de règles claires garantissant les mêmes droits pour tous", a regretté l'UNEF, qui va proposer des mobilisations dans les universités pour obtenir le retrait de la circulaire.
    HOLLANDE
    - abroger les circulaires qui ont porté gravement préjudice aux étudiants étrangers, aux entreprises, aux universités et à l'image de la France.
    - préparer dès maintenant un projet de nouvelle circulaire pour traiter rapidement la situation en concertation avec les acteurs concernés.
    - revoir, au-delà de cette circulaire, les dispositions législatives relatives aux étudiants étrangers dans le cadre d'une loi globale sur l'immigration.


    votre commentaire
  •  Communiqué Français du Monde-ADFE / Dans les postes consulaires se  sont réunis dernièrement  les CCPAS : Comités consulaires pour la protection et l’action sociale. Les décisions qui y sont prises sont très importantes puisqu’elles ont engagé pour un an les dépenses d’aide sociale. Ces décisions sont ensuite examinées lors de la réunion annuelle de la Commission Permanente pour la Protection Sociale qui se tiendra à Paris en mars 2010.

     

    Cette année les nouvelles sont  mauvaises puisqu’une baisse conséquente du budget  a déjà été annoncée….  les taux de base, déjà insuffisants dans la majorité des pays, vont baisser de 10 % ! Ainsi, la situation de nos allocataires, dont  le pouvoir d’achat est déjà très faible, sera de plus en plus difficile  et l’espoir de faire changer la politique de ce gouvernement pratiquement nul. Les Conseillers élus Français du Monde-ADFE ont fait connaître leur opposition à la politique actuelle concernant la réduction de l’implication de l’Etat auprès des populations françaises résidant à l’étranger. Ils demandent que soient préservées les aides qui  ne se sont pas soumises au taux de base : aide à l’enfance en détresse, secours occasionnels….

     

    8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

     

    Question / réponse .


    Comment ouvrir un compte en France à sa fille mineure bénéficiaire d'une bourse De l’enseignement supérieur quand on est à l'étranger?

     Témoignage : De retour de visite à Garoua (nord Cameroun), je suis confrontée à un cas aberrant. Une mère française, résidant à Garoua , d'une jeune fille de 17 ans n'arrive pas à  ouvrir un compte bancaire au nom de sa fille mineure et boursière. La jeune fille bénéficie en effet d'une bourse pour sa 1ere année d'études supérieures  en France. Pour percevoir sa bourse, la jeune fille a impérativement besoin de fournir un RIB de compte courant au CROUS de Besançon. La jeune fille dispose d'un compte d'épargne qui ne peut être utilisé pour recevoir sa bourse.

    Le crédit agricole a refusé d'ouvrir un compte bancaire à la jeune fille en absence physique de sa mère et malgré la procuration de sa mère faite à sa soeur (tante de la jeune fille). La caisse d'épargne a également refusé l'ouverture d'un compte courant alors que la jeune fille dispose d'un compte d'épargne à la caisse d'épargne. Celles-ci demandent un jugement de tutelle!

    Quels moyens peut-on utiliser pour éviter que la jeune fille ne perde le bénéfice de sa bourse et pour que la mère, aux revenus déjà bien justes, ne doive absolument faire le déplacement?

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    L’article 387 du code civil crée une exception dans l’exercice de l’autorité parentale sur les biens des mineurs : « La jouissance légale [des parents] ne s'étend pas aux biens que l'enfant peut acquérir par son travail, ni à ceux qui lui sont donnés ou légués sous la condition expresse que les père et mère n'en jouiront pas. » Par conséquent, les mineurs touchant un revenu propre (un salaire ou encore, dans le cas qui nous intéresse, une bourse) peuvent le gérer seuls. Certaines banques semblent le reconnaître sans difficulté: sur le site de BNP Paribas, par exemple, on lit : « Les mineurs de plus de 16 ans, salariés ou bénéficiaires d'une bourse d'études, peuvent ouvrir et faire fonctionner leur compte-chèques sous leur seule signature sans autorisation préalable de leurs parents ou représentant légal . » (lien : http://www.bnpparibas.net/banque/portail/particulier/Fiche?type=folder&identifiant=statut_bancaire_mineur_20021007153301 )

    D’un point de vue pratique, il est souvent plus simple de faire marcher la concurrence et d’aller voir des banques qui sont très preneuses de clients jeunes (stratégie de fidélisation) comme BNP Paribas ou la Société Générale. Dans le cas présent, comme en plus la personne aurait les écrits « officiels » de la BNP sous le coude pour étayer sa demande, il serait peut-être plus simple de se tourner directement vers cette banque là, pour pouvoir fournir un RIB et permettre le versement de la bourse au plus vite.

    Par ailleurs, toujours dans le cadre de stratégies de fidélisation, il n’est pas rare que les banques soient beaucoup plus « souples » dans leurs pratiques quand il s’agit de clients existants : si la tante se tourne vers sa propre banque (si ce n’est pas déjà fait) pour demander l’ouverture d’un compte pour sa nièce mineure, peut-être recevra-t-elle un meilleur accueil ?

    Si elle rencontre à nouveau des difficultés, il ne faut pas que le jeun fille hésite à se mettre en contact avec des syndicats étudiants, l’UNEF par exemple : ils ont une structure solide pour défendre ce genre de cas.

    888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

     

    Lettre du Conseiller Jean-Daniel Chaoui au Sénateur Yung concernant la situation économique des entreprises françaises à Tamatave :

     

     

     
     

          Jean Daniel CHAOUI

    CONSEILLER ELU

    (Madagascar-Comores-Maurice-Seychelles)

     

       

     

     

     

     

         ASSEMBLEE DES FRANÇAIS DE L’ETRANGER

             

    www.afe.org                   Le 25 novembre 2009

    A Monsieur le Sénateur représentant les Français résidant hors de France

     

     

                            Monsieur le Sénateur, cher ami,

                           

    Lors d’un récent déplacement à Tamatave, j’ai pu m’entretenir, à l’initiative de Madame Brassens, Consule de France dans cette ville, avec quelques Chefs d’entreprise français.

     

    La tonalité des informations rapportées à cette occasion est la grande difficulté que traversent les entreprises en général, prises dans le contexte d’une double crise, crise politico-économique dans la grande île et crise économique mondiale. Ils ont insisté sur le fait qu’ils attendent un soutien actif des services de l’ambassade, en particulier lorsqu’il rencontre des « tracasseries » dans leurs relations avec les autorités locales. L’aide que la France apporte au développement de Madagascar devrait faciliter une meilleure prise en compte des intérêts des entreprises françaises. Tel est le sentiment qui se dégage de ces entretiens.

     

    Monsieur ….., de l’entreprise ……., m’a fait part des difficultés qu’il avait rencontrées .MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} -->

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique