• Visionner le nouvel album "Reportage sur l'Assemblée générale de Français du Monde-ADFE Tananarive du 03/12/2011"

    88888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

    Information circonscription de l’Océan Indien

     Communiqué de votre candidat Jean Daniel CHAOUI aux élections législatives 2012 des français de l’étranger.

     

    Elections présidentielles et législatives françaises à Madagascar :

     

    Quand ? Où ? Comment ?

     

    -Dimanche 22 avril 2012 : premier tour des présidentielles

    -Dimanche 6 mai 2012 : deuxième tour des présidentielles

    -Dimanche 3 juin 2012 : premier tour des législatives

    -Dimanche 17 juin 2012 : deuxième tour des législatives

     

    16 bureaux de vote seront ouverts :

     Antalaha, Antsirabe, Diego-Suarez, Fianarantsoa, Fort Dauphin, Majunga,

     Manakara, Morondava, Nosy-Be, Sainte-Marie, Tamatave, Tananarive (4 bureaux)et Tuléar.

     

    Afin de vous permettre de participer à ces scrutins, nous vous invitons dès maintenant à vérifier

    votre situation électorale en vous connectant  au nouveau site de télé-procédures consulaires :

    www.MonConsulat.fr

     

    Si vous n’êtes pas inscrit(e) au Registre des Français établis hors de France : vous pouvez demander votre inscription sur la liste électorale consulaire au consulat le plus proche de votre lieu de résidence, avant le 31 décembre de l’année en cours, vous serez alors automatiquement inscrit(e) au Registre des Français établis hors de France.

     Pour le consulat de Tananarive, prenez rendez-vous en appelant le 088000.

     Seuls les inscriptions ou changements de situations effectuées avant le 31 décembre 2011, seront pris en compte.

     N’attendez pas le dernier moment pour vérifier votre situation électorale !

     88888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

     
     

    COMMUNIQUE DE PRESSE

     Entretien du Président RAJOELINA avec le Président SARKOZY

     Comme annoncé, le Président de la Haute Autorité de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, a été officiellement reçu en audience par le Président de la République française, SEM Nicolas SARKOZY, au Palais de l’Elysée ce Mercredi 07 Décembre 2011 à partir de 17h (heure française).

     D’emblée, le Président français a invité son homologue malgache à discuter avec lui, en tête – à – tête, à son bureau. Cet entretien entre les deux hautes personnalités a duré une quinzaine de minutes.

     Par la suite, le Président SARKOZY, entouré de son Ministre de la Coopération, Henri de RAINCOURT, de son Ambassadeur à Madagascar, Jean Marc CHATAÎGNER, et deux de ses Conseillers, a reçu autour d’une table le Président RAJOELINA, accompagné de son Directeur de Cabinet, Hugues RAJOHSON, de son Ministre des Finances et du Budget, Hery RAJAONARIMAMPIANINA, de son Ministre de la Communication, Harry Laurent RAHAJASON, et de son Directeur des Relations internationales à la Présidence, Mme Annick RAJAONA.

     Durant plus de 25 minutes, le Président de la République française et le Président de la Haute Autorité de la Transition se sont échangé des informations et des visions quant à la situation qui prévaut à Madagascar. D’emblée, le Président SARKOZY a déclaré qu’ « une Transition crédible, appuyée par la Communauté internationale, est actuellement installée à Madagascar. Raison qui m’a amené à vous recevoir, ici au Palais de l’Elysée, en tant que Chef d’Etat ».

     Et lui de continuer : « je salue la signature de la Feuille de route et sa mise en application qui vous a permis de nommer un Premier Ministre de consensus, d’installer un Gouvernement d’Union Nationale et d’un Parlement de la Transition. En dépit de toutes les difficultés que vous avez dû faire face, vous avez eu raison de ne pas se décourager. La Feuille de route est une chance pour Madagascar après trois années de crise car le Peuple malgache n’a que trop souffert. C’est en ami que je vous reçoit aujourd’hui ».

     Pour sa part, le Président RAJOELINA a remercié son vis – à – vis de l’avoir reçu d’une manière officielle et amicale. Et lui de déclarer : « la situation à Madagascar était, dans un premier temps, mal comprise par la Communauté internationale. Actuellement, la Feuille de route et le processus de sortie de crise sont acceptés et soutenus par cette Communauté internationale. Et, comme je l’ai toujours dit, il faut absolument que la Transition connaisse un terme dans les meilleurs délais. Raison pour laquelle nous espérons pouvoir tenir les élections à partir de Mai 2012 et jusqu’en Novembre 2012, comme le dispose le Code électoral. Ces derniers temps, le Peuple malgache a connu le désespoir et, par le biais de ces élections, nous voulons faire renaître l’espoir en son sein. Je vous remercie également pour les aides et soutiens permanents que la France n’a cessés d’apporter en faveur de Madagascar au niveau des tribunes internationales. Et je souhaite votre soutien au niveau de l’Union Européenne pour que les sanctions, décidées contre Madagascar, soient levées ». De même, le Président RAJOELINA n’a également pas manqué de remercier le Président SARKOZY sur les aides financières, par le biais de l’Agence française de développement, apportées par la France pour le développement de Madagascar.

     Et le Président de la République française a déclaré qu’il fera une intervention au niveau de l’Union Européenne pour que les dites sanctions soient levées afin de permettre au Peuple malgache de jouir des aides et fonds financier européens. « Car votre objectif étant de tenir des élections crédibles, libres et démocratiques dans les meilleurs délais », a – t – il précisé. Il a également indiqué qu’il saisira l’instance suprême des Etats – Unis pour que la suspension de Madagascar au sein de l’AGOA soit levée. « « On fera tout pour vous aider », a déclaré le Président SARKOZY. Et lui de conclure : « j’éprouve particulièrement une réelle sympathie envers vous et envers le Peuple malgache ». Ce qui lui a permis de confier que, lors de sa prochaine visite dans les Départements français de l’Océan indien, il ne va pas manquer de mener une visite officielle à Madagascar.

     Après cette entrevue, le Président RAJOELINA s’est plié à la pratique traditionnelle du Palais d’Elysée pour répondre aux questions des journalistes internationaux, venus en masse à l’occasion.

     Notons que, ce Jeudi 08 Décembre 2011, le Président RAJOELINA va encore donner une conférence de presse, pour les journalistes internationaux, à la Résidence de Madagascar à partir de 10h (heure française).

     Paris, le 07 Décembre 2011

     Le Chargé de la Communication

    à la Présidence de la Haute Autorité de la Transition

     8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

     

    L'Océan Indien a ses réalités politiques ; l'une d'entre elle est l'accession récente de Mayotte au stade de département français. Remettre implicitement en cause ce choix est, dans le contexte politique tendu avec les Comores, une erreur politique de la part d'Eva Joly. Mayotte fait géographiquement partie des Comores, mais politiquement partie de la France. Sauf à réorganiser un référendum d'auto-détermination auprès de la population mahoraise, la France doit assumer son histoire, même si celle-ci est incommode parfois. Là où Eva Joly est dans le vrai, c'est que nous devrions être plus proche de l'archipel des Comores en terme d'aide et d'appui au développement afin d'atténuer les différences de niveaux de vie entre les îles qui provoquent une immigration incontrôlable.

    J'irai en mission à Moroni début janvier 2012. Je ne manquerai pas de vous faire part de mon analyse à mon retour.

     

    Jean-Daniel Chaoui

    Conseiller AFE Océan Indien

     

    "Mayotte fait partie des Comores", selon Eva Joly

    Publié : jeudi 1er décembre 2011 à 10:38

     


    La candidate d’Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle Eva Joly a provoqué un tollé sur le 101e département pour avoir affirmé que " Mayotte fait partie des Comores ". Dominique Perben, chargé de l’Outre-mer à l’UMP s’est fendu d’un communiqué pour condamner les propos de l’ancienne juge d’instruction. Poussant la polémique plus loin, il se demande si " l’abandon de Mayotte aux Comores figure à l’ordre du jour des accords PS-EELV ".

     

    Lors de son récent déplacement à Mayotte, Eva Joly a provoqué une vive polémique pour avoir déclaré que : " Mayotte fait partie des Comores, il y a des liens culturels, des liens familiaux entre l’île française et le reste de l’archipel ".

     Dominique Perben, chargé de l’Outre-mer à l’UMP, a vigoureusement réagi suite aux propos de l’ex-magistrate. " Que Mme Joly juge utile de souligner à Mamoudzou que ‘les Comores ont droit aux fonds européens du développement’, c’est une chose ; mais oser affirmer que ‘Mayotte fait partie des Comores’... et l’affirmer sur le sol français de ce territoire cher au cœur de notre pays et devenu le 101ème département de France il y a moins de 9 mois, cela autorise pour le moins qu’on pose la question à M. Hollande ! ", écrit-il dans un communiqué diffusé à la presse. L’ancien ministre fait référence au controversé accord conclu dans la douleur entre le Parti socialiste (PS) et l’Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

     A l’occasion de son séjour sur l’île au Lagon, lundi 28 novembre, la candidate EELV a aussi préconisé une intensification de la lutte contre la corruption et le renfort de l’aide internationale en faveur des Comores. Ceci afin, dit-elle, de réduire la pression migratoire sur Mayotte. "Moi, je pense qu’il faut qu’on s’engage plus dans la lutte contre la corruption (aux Comores)" et "que la pression migratoire devienne moindre sur Mayotte, car vouloir régler le problème uniquement à Mayotte est illusoire", affirme-t-elle.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique